l’AMAZONIE EST UNE MACHINE D’ATTENUATION ET DE REGULATION CLIMATIQUE MONDIALE …

UNE MACHINE QUI FONCTIONNE 24H SUR 24H / 7 JOURS SUR 7 POUR EXTRAIRE LE DIOXYDE DE CARBONE DE l’ATMOSPHERE !!!

ET NOUS DEVONS MAINTENIR CELA INTACTE POUR l’EQUILIBRE CLIMATIQUE DE LA PLANETE

NON A LA DEFORESTATION

https://www.conservation.org/publications/documents/amazonia-mapping-essential-natural-capital.pdf

 

 

Alors que les multinationales de notre planète ne cherchent que profits et pouvoir, le compte à rebours de la dégradation de l’état de la planète est entamé, plusieurs pays étant touchés par la naissance graduelle de changements néfastes qui percutent l’écosystème de notre Terre. Constituant vraisemblablement l’un des problèmes les plus alarmants associés à la destruction du globe, la déforestation touche particulièrement les régions de l’Afrique centrale, de l’Asie du Sud Ouest et plus principalement le Brésil dans la forêt équatoriale.

Au pied du précipice, il est indubitablement temps d’agir afin de sauver notre Terre de la fin vraisemblablement précipitée vers laquelle elle s’approche sans cesse.

En premier lieu, reconnue comme étant l’un des plus grands sites de biodiversité de notre planète, la forêt amazonienne compte 60% de sa superficie au Brésil alors que la seconde partie de celle-ci est répartie en Équateur, en Colombie, au Venezuela, au Suriname, en Guyane française, en Bolivie et finalement au Pérou. Cette forêt, surnommée le poumon de la Terre, abrite ainsi plus de 150 000 types d’espèces et 75 000 types d’arbres. Située en Amérique du Sud, la forêt amazonienne s’étend sur plus de 4 millions de kilomètres carrés de verdure, couvrant ainsi à elle seule, près du tiers des forêts tropicales de notre planète.


Aujourd’hui, à des fins industrielles, les compagnies saccagent la forêt amazonienne par la coupe à blanc dans le but de tirer profit de cette ressource naturelle. Alors que les compagnies forestières ne cherchent qu’à s’enrichir, une quantité phénoménale d’îlots de bois sont sciés et chargés chaque jour. Alors qu’une grande partie des individus considère la déforestation comme étant un obstacle futile à la dégradation de notre planète, ceux-ci ne considèrent aucunement l’ampleur de la situation qui s’annonce incontestablement urgente. De plus, on estime que la forêt amazonienne abrite environ 20 millions d’habitants, dont une grande partie de ceux qui n’ont, pour ainsi dire, jamais connu le monde développé et ne connaissent pas la menace qui s’abat directement sur eux. Sans oublier un fait, ironiquement scandaleux, voulant que le nombre d’exploitations forestières et minières illégales soit supérieur d’environs trois fois au nombre de celles qui sont implantées légalement. Les effets de la déforestation sont durables et dévastateurs. Des espèces entières d’insectes et d’animaux ont disparu à cause de la destruction de leurs habitats. La déforestation peut également causer des inondations catastrophiques.Et les scientifiques voient que la déforestation a un effet significatif sur le changement climatique, ou le réchauffement climatique. Si la déforestation est si destructrice, alors pourquoi est-ce fait? Qu’est-ce qui conduit à la destruction des forêts? Pour en savoir plus sur les causes et les effets de la déforestation, ainsi que sur les initiatives et solutions de conservation actuelles, continuez à lire. L’Amazonie est attaquée. Ce n’est pas un groupe de guérilleros armés qui défilent à travers les arbres ou une escouade de pilotes de chasse larguant des bombes qui anéantissent la plus grande forêt tropicale du monde.


C’est une véritable tempête de changements climatiques et d’activités industrielles qui assèche efficacement l’endroit, deux sécheresses récentes ayant contribué à accélérer le processus. Bien qu’il soit encore temps avant que la plus grande forêt tropicale du monde soit complètement éliminée, c’est probablement une bonne idée de comprendre l’impact étonnant que la perte de l’Amazonie aurait sur notre climat et notre approvisionnement alimentaire. Couvrant 1,4 milliard d’acres (56,7 millions d’hectares), la forêt amazonienne s’étend sur neuf pays d’Amérique du Sud et abrite environ 10 pour cent des espèces animales dans le monde. Au cœur de la région se trouve le puissant fleuve Amazone, un affluent de 300 milles (483 kilomètres) de large qui envoie chaque jour jusqu’à 500 milliards de pieds cubes (14,2 milliards de mètres cubes) d’eau dans l’océan Atlantique. La forêt tropicale est née il y a environ 10 millions d’années, lorsque la rivière a commencé à couler vers l’est. Aujourd’hui, il abrite un large éventail de plantes et d’animaux et plusieurs écosystèmes différents, y compris des forêts et des savanes. L’Amazonie représente actuellement plus de la moitié des forêts tropicales restantes de la planète. Les forêts tropicales humides sont l’écosystème le plus diversifié sur Terre, et aussi le plus ancien. Aujourd’hui, les forêts tropicales couvrent seulement 6% de la surface du sol, mais elles abritent plus de la moitié des espèces végétales et animales de la planète. Dans ce monde complètement unique, il y a des milliers d’espèces que nous n’avons pas encore découvertes.

LES FEUX EN AUSTRALIE… UNE CATASTROPHE…

500 MILLIONS D’ANIMAUX TUÉS PAR LES FEUX AUSTRALIENS

 

ALORS QUE DES VILLES ENTIÈRES DOIVENT ÊTRE ÉVACUÉES EN RAISON DES FEUX QUI RAVAGENT L’AUSTRALIE, LA FAUNE PAIE ÉGALEMENT UN TRÈS LOURD TRIBUT AUX INCENDIES. EN EFFET, SELON DES EXPERTS DE L’UNIVERSITÉ DE SYDNEY, PRÈS DE 500 MILLIONS D’ANIMAUX AURAIENT PÉRI DEPUIS LE DÉBUT DE LA CATASTROPHE EN SEPTEMBRE, RAPPORTE LE SITE AUSTRALIEN NEWS.COM.

Les feux hors de contrôle qui ravagent le pays depuis plusieurs semaines continuent encore et encore…Ces feux ont provoqué la mort d’au moins dix-huit personnes depuis septembre près de Sydney. Ce bilan humain pourrait encore s’alourdir, les autorités de l’Etat de Victoria ayant déclaré jeudi que dix-sept personnes étaient portées disparues à travers son territoire. Depuis le début de la saison des incendies, plus de mille trois cents maisons ont été réduites en cendres et 5,5 millions d’hectares sont partis en fumée, soit une zone plus vaste qu’un pays comme le Danemark ou les Pays-Bas. Des milliers de personnes bloquées sur une bande côtière. En Australie, des touristes ont été contraints de trouver refuge sur des plages du sud-est du pays pour échapper aux violents incendies qui ravagent la région.  Nombre de personnes n’ont pas eu d’autre choix que de se rendre sur les plages pour échapper aux incendies qui encerclent cette ville du littoral. En tout, quelque 4.000 vacanciers et habitants se sont retrouvés pris au piège sur le bord de mer de la cité balnéaire de Mallacoota
.
Mais le chiffre qui donne le tournis, qui enrage, qui donne envie de vomir est qu’un DEMI MILLIARD D’ANIMAUX ONT ETE TUES, Le chiffre paraît invraisemblable!! Selon des chercheurs de l’université de Sydney, toutes les espèces sont concernées, que ce soit les mammifères, les reptiles ou les oiseaux. Des images de cadavres de koalas ou de perroquets carbonisés ont été largement partagés sur les réseaux sociaux. L’écosystème complet des zones touchées est donc entrain de disparaitre…

Les animaux

Voici quelques clichés de koala et de kangourou. La première photo monte un pompier donnant à boire à un koala surement déshydraté par un incendie. La seconde, un kangourou fuyant un incendie. Malheureusement ces incendies doivent faire des milliers de victimes parmi les animaux vivant dans les forêts. Et enfin des canards traversant la route devant les pompiers.

Les incendies en Australie sont un vrai fléau. Tous les ans, de nombreux hectares partent en fumée. Suite à l’incendie qui a fait rage aux portes de Sydney il y a quelques semaines, je vous propose plusieurs photos impressionnantes d’incendie qui ont eu lieu en Australie.

 

Le bilan est sans précédent. Les incendies qui ravagent le sud-est de l’Australie depuis septembre ont réduit en cendres plus de 10 millions d’hectares. Avec la destruction de ces milieux, Chris Dickman, professeur à l’université de Sydney, a estimé que les flammes avaient tué plus d’un milliard d’animaux (lien en anglais). Des scientifiques français font grimper ce terrible constat à un million de milliards, en y ajoutant la « biodiversité invisible », comme les parasites, et celle « discrète », constituée des « amphibiens et d’autres animaux, comme les mollusques et les arthropodes ».

Alors que les pompiers australiens ont annoncé, lundi 13 janvier, avoir réussi à maîtriser le plus important « méga-feu » du pays en Nouvelle-Galles du Sud, habitants, associations et scientifiques commencent à envisager « l’après ». Le lent processus de guérison semble déjà avoir commencé : fin décembre, « la vie émergeait à travers l’écorce calcinée » de certains arbres touchés à Kulnura, au nord de Sydney, remarquait un photographe dans une publication repérée par la BBC (lien en anglais).

Le concert du siècle en faveur de l’Amazonie et de l’environnement mondial

A  PARIS A l’ARENA LA DEFENSE PARIS EN 2020